"Je vais sauver Hector, ai-je répondu. Jeter ma pierre à la face de la Patrie. Montrer au monde que l'alunissage est une farce."

 

Une_planete

 (visuel non définitif)

 

 

Les Infos Pratiques:

Titre: Une Planète dans la tête

Titre original: Maggot Moon (2011)

Auteur: Sally Gardner

Éditions: Gallimard Jeunesse

Genre: Dystopie / SF

Parution: 26 septembre 2013

Format: 254 pages - 16€

ISBN: 9782070650415

Les infos en plus:

L'auteur, tout comme son héros, est dyslexique. Elle n'a appris à lire qu'à quatorze ans. elle a remporté de nombreux prix pour ses livres. Une belle revanche.

Une Planète dans la tête a reçu les deux prix littéraires britanniques les plus prestigieux: le Carnegie Medal (2013) et le prix Costa (2012).

 

 

 

 

Résumé:

Depuis que ses parents ont dû fuir la répression d'un gouvernement brutal, Standish vit avec son grand-père dans la "zone 7", celles des impurs, privés de tout, surveillés en permanence...Dyslexique, il subit à l'école brimades et humiliations jusqu'au jour où il se lie d'amitié avec son nouveau voisin, Hector. Ensemble, ils rêvent de s'évader sur Juniper, la planète qu'ils ont inventée. Mais Hector et ses parents disparaissent sans laisser de traces...Ont-ils été supprimés?

 

 

 

 

 

Mon Avis:

Standish Treadwell, 15 ans, est un marginalil est dyslexique, illettré, rêveur et n'a pas les yeux de la même couleur. Le quotidien dans la zone 7 n'est déjà pas rose, mais Standish subit en plus les coups de certains de ses camarades de classe. Sa différence en fait une cible.

Bien qu'illettré, Standish est très intelligent, il comprend des langues qui devraient lui être étrangères, juste en y prêtant un peu d'attention. Mais ils laissent les autorités le prendre pour un lapin de six semaines, c'est plus pratique, et ça allonge l'espérance de vie!

La zone 7, c'est le District 12 d'Hunger Games, mais avec plus de patrouilles et à la sauce hitlérienne. Vous situez? Bien.

Au milieu de cet océan de chaos et de détresse, Standish trouve Hector, et ce nouveau voisin va devenir sa bouée de sauvetage. Ensemble ils s'inventent une planète où tout irait bien, fabriquent une fusée en papier mâché. Jusqu'à ce qu'Hector disparaisse, qu'un homme qu'il serait dangereux de cacher soit caché dans la cave, et que les événements prennent une sombre tournure. Standish décide alors de mettre en pratique un vieux conte. Il sera David, la Patrie sera Goliath. Une seule pierre devrait suffire. Encore faut-il réussir à la lancer.

 

 

En pleine lecture des Fiancés de l'Hiver, j'ai reçu ce petit missile littéraire. Lu en quelques heures seulement. Je ne suis pas étonnée qu'il ait remporté des prix. L'écriture tranche avec l'atmosphère qu'elle décrit. L'horreur est là mais Standish s'exprime avec une certaine naïveté et avec l'innocence d'un jeune garçon. C'est ce qui fait de lui un héros très attachant. On a envie de le serrer dans nos bras, de lui dire que tout s'arrangera et qu'il sortira de un jour de ce ghetto.

 

Les chapitres passent en un éclair, ils sont très courts, de une à cinq pages environ, ce qui donne une belle dynamique au livre, mais aussi une impression d'urgence et d'ultimatum. On voit les pages filer entre nos doigts et échappatoires du héros s'amenuiser. En fin de compte, ce que Standish hurle à travers les chapitres, c'est qu'il faut toujours garder espoir, même dans le pire des mondes. Toujours.

 

 

 

 

A ne pas manquer à la rentrée !