« On m’appelle l’Ange de la Mort. Parce que j’ai jamais perdu un combat. »

 

 

3007120093_1_5_UoeCyGJW

 

Les infos pratiques:

Titre: Saba, Ange de la Mort (08/09/2011)

Série: Les chemins de poussière

Titre original: Blood Red Road

Auteur: Moira Young

Editions: Gallimard Jeunesse

Genre: Dystopie

Format: 349 pages

( prix non communiqué, il s'agit ici des épreuves du roman, la couverture est sujette à modifications)

 



Résumé:

Saba habite à Silverlake avec son père Pa, son fère jumeau Lugh et sa soeur Emmi. Nous sommes dans un monde futuriste dévasté, ils sont les seuls habitants à des kilomètres à la ronde et vivent à la dure, avec du matériel qu'ils récupérent à la décharge. Mais lors d'une tempête de poussière particulièrement violente, des cavaliers apparaissent, tuent Pa et enlèvent Lugh. Saba lui fait alors la promesse de le retrouver. Ainsi commence son périple, qui la poussera à traverser le désert de Sandsea pour rejoindre Hopetown, lieu où elle espère trouver Lugh, mais capturée par des Camelots, elle est forcée de se battre pour sa vie dans la Cage, principale attraction de Hopetown. Saba n'a pas de temps à perdre, elle doit trouver le moyen de s'enfuir, le soltice d'été approche, et d'après ce qu'une prisonnière lui a appris, il vaudrait mieux qu' elle retrouve Lugh avant...

 

 

 

Mon avis:

Tout d'abord, je remercie les éditions Gallimard pour m'avoir permis de lire ce livre, qui plus est en avant-première. Merci Beaucoup !!

J'ai tout d'abord eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, Saba vit dans une époque éloignée de la notre et est au premier abord, détestable. J'ai été un peu agacée par ses colères multiples et sans réels motifs. Elle rejette tout le monde, et c'est rapidement énervant (ça m'a rappelé le cinquième tome de Harry Potter!!^^). Mais ensuite, j'ai compris que c'est sa carapace, le seul moyen qu'elle ait trouvé pour se protéger de tout ce qu'elle a subi, mais aussi de ce qu'elle a dû faire. Elle dissimule sa peine sous la violence et l'agressivité, parce qu'elle ne veut pas que les autres souffrent aussi.

L'écriture est simple, Saba est, comme beaucoup de gens dans ce monde, illétrée, et quand elle voit des gens trop savants pour elle, comme l'un des Camelot qui lui montre un livre, ça l'énerve. Elle a un langage laconique, elle privilégie les phrases courtes avec peu de mots, on sent que dans sa famille, on parlait peu.  Comme d'autres personnages du roman, elle ne connait pas le vrai nom de certains objets, trop anciens, comme des vue-melles ou prononce mal certains mots. Le roman est écrit dans un style très parlé, c'est comme si Saba était à côté de nous et nous racontait son histoire.

Les noms de certains lieux sont terriblement ironiques, vous vous surprendrez à sourire en lisant que Hopetown, la ville de l'espoir, est en fait un repère de vermines et que Freedom Fields, le champs de la liberté est lui, un camps de travaux forcés!

Le caractère de Saba tend à s'améliorer au fil du livre, on sent qu'elle essaye de faire des efforts et de s'ouvrir au monde, et c'est ce qui finit par la rendre attachante. Elle m'a beaucoup fait pensé à Katniss, l'héroïne de la saga Hunger Games, de S.Collins, cette même rage de vivre, cette âme de guerrière... Un premier tome prometteur, je comprend très bien que ce roman ait eu d'excellentes critiques de l'autre côté de l'Atlantique! A quand la suite?